Murmures sauvages : La caverne

L’aventure est partagée avec 3 amis, l’Inde ils ne la connaissent qu’à travers les sempiternels reportages télévisés, qui mettent surtout l’accent sur la misère et la pauvreté.

La journée commence mal, me dis-je, la zone que je vais découvrir n’a pas bonne réputation, très peu d’animaux y sont observés, elle est donc logiquement désertée par les tigres, et c’est bien pour eux que je suis là, une fois encore.

Mais c’est sans compter sur mon vieux guide, il ne paye pas de mine Radj, discret, effacé même… mais il a plus d’un tour dans son sac.

“Ne t’inquiète pas mon ami”, me soupire t-il avec un sourire, “je la connais bien cette zone, elle peut nous réserver bien des surprises.”

C’est vrai qu’elles sont loins ces collines sauvages, les chemins défoncés dans la vieille jeep nous mettent à l’épreuve, et il fait chaud déjà, les 40° sont dépassés !

Au détour du chemin, et au bord de la jungle un petit cours d’eau serpente, l’épervier shikra se désaltère,

 

28042016-_BER1663 (Copier)

 

le vieux banian abrite un petit temple, et juste au dessus un groupe de perruches bavarde et ripaille dans un manguier. Les perruches nous mettent de bonne humeur, quelques clichés et nous voilà repartis.

 

23042016-_BER9476 (Copier)

 

Quelques instants plus tard et c’est un couple de renards en chasse qui nous occupe,

 

26042016-_BER0291 (Copier)

 

puis un superbe bluebull (grande antilope d’Asie bleu gris) traverse tranquillement une zone rocheuse couverte d’herbes jaunes, un beau tableau.

 

26042016-_BER0333 (Copier)

 

To quiet” dit le pisteur, (trop tranquille), “yes !” je confirme;

Nous continuons à cheminer dans un terrain difficile barré par des ronciers, quelques observations de gazelles indiennes,

 

26042016-_BER0396 (Copier)

 

paons et autres oiseaux communs et nous voilà dans le roc pur. Les falaises qui se dressent devant nous sont magiques, c’est un autre monde ici, âpre et sec, les vautours glissent dans l’azur, sans efforts, un élanion à l’affût est branché sur un fantôme végétal.

Quelques kilomètres encore dans des conditions de plus en plus difficiles et c’est l’arrêt.

Nous restons à l’ombre d’un pauvre arbre rabougri qui fait ce qu’il peut pour nous protéger du soleil brûlant, le pisteur s’éclipse en un clin d’œil flanqué du chauffeur, il disparait très vite derrière quelques blocs rocheux. Il nous reste un panorama sauvage d’une beauté à couper le souffle, nous n’en voyons pas la fin!

Une vingtaine de minutes plus tard mon vieux briscard revient tout essoufflé, il nous fait signe, et nous lui emboîtons le pas à toute allure, “Tiger ! Tiger !”, c’est le seul mot qu’il prononce, nous courons à sa suite : montée, descente ! Plusieurs fois de suite dans les rocs brûlants.

Au détour d’une vire rocheuse c’est un ravin qui plonge dans une immensité de falaises parsemées de verdure, palmiers, banians, fougères et bien d’autres plantes d’Asie.

C’est avec de grandes précautions que je m’approche du vide, et là c’est un rêve, tout au fond, le Roi est là ! une fois de plus !

Un magnifique tigre du Bengale mâle est couché à l’ombre de sa caverne, il me fixe intensément pendant que je déclenche, une, deux, trois….fois ! Ce spectacle sauvage nous est offert pendant trois heures.

 

23042016-_BER9152 (Copier)

 

Nous supportons le soleil brûlant sans y prêter la moindre attention, la seule bouteille d’eau est partagée entre nous.

Regarde un peu à droite et surveille aussi l’autre caverne me glisse le pisteur, la tigresse ! et deux jeunes ! Nous les découvrons de temps en temps, elle nous jette parfois un regard “de tigresse” pas la peine d’en dire plus.

 

23042016-_BER9109 (Copier)

 

Les Daniel’s profitent du spectacle, Christian scanne la falaise et, juste en face, il nous découvre un couple de grands ducs bien cachés dans la vigne vierge, les loriots se chamaillent, les perruches fendent l’air en criant leur joie de vivre !

L’heure du départ à sonné, nous laissons les grands chats à leurs rêveries félines en profitant de la fraîcheur des cavernes, puissent-ils continuer encore longtemps de vivre Libre et Sauvages.

2 réflexions au sujet de « Murmures sauvages : La caverne »

  1. Super belles photos et très beau texte. On sent la plume du spécialiste et les photos d’un pro.
    Bonne continuation et j’attends la suite avec impatience.
    Amicalement. Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*